Partagez | 


Nouveau ninja
Nouveau ninja
avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Hyuga Ayame ~ Terminée   Dim 31 Aoû - 20:25












Présentation de Hyuga Ayame









Fiche d'identité



Nom : Hyuga 

Prénom : Ayame

Surnom : Peut etre Yaya ? 


Âge : 17 ans

Sexe : Féminin 

Taille : 1 mètre 68

Poids : 46 kilos


Lieu de naissance : Konoha

Village : Konoha

Grade et niveau : En fonction de ma présentation ? Jonin ou plus si possible. 




Background



Psychologie :

- Point de vue de sa meilleure ennemie, Akisa -


Ayame ? Pfff ... Quelle dégénérée ! Il n'y a rien de plus désagréable que de l'avoir à côté de sois ! Elle est toujours là, à se pavaner, à nous montrer, par je ne sais quels moyens, qu'elle est : la plus forte, la plus belle, la plus intelligente ... Rien de plus désagréable. Avec ses cheveux tout raides, tout noirs et ses yeux tout blancs, elle n'a absolument rien d'original. Oui, elle fait partie d'un des clans les plus puissants de Konoha mais, franchement, elle n'a rien de plus que nous. Rien de plus que moi. Et puis je ne sais pas part quel miracle elle fait pour faire tomber tous les garçons à ses pieds ! Je suis sur qu'elle leur promet la lune où ne je sais quoi d'autres. Je suis sûr qu'elle les manipule !


Parce qu'elle est comme ça Ayame, elle manipule. Oui, oui, elle te fait les yeux doux, elle se dandine face à toi, elle te fait une jolie pirouette et, grâce à tous cela, elle obtient tout ce qu'elle veut. Mais moi, je ne me suis pas fais avoir ! J'ai tout de suite vu clair dans son petit jeu ! Elle ne m'aura pas. Et puis, il y a aussi un autre truc qui m'énerve chez elle, c'est son regard hautain. Elle te regarde toujours avec ses yeux indéchiffrables et te fait comprendre que tu es inférieure à elle. J'ai horreur quand elle prend cet aire là. Quand on était petite, c'était souvent quand les prof la félicitaient pour son bon travail. Et comme ça arrivait souvent, ça m'énervait en permanence. 


Mais il y a un autre truc ! Elle reste souvent seul. Toujours seule plutôt. Comme si personne ne pouvait arriver à sa hauteur pour trainer avec elle ! J'te jure ...  Comme si elle était tellement la meilleure que la compagnie de quelqu'un pourrait tâcher sa réputation ... Mais tant mieux ! Qu'elle reste seule ! Seule et loin de moi. Qu'elle aille s'entrainer dans les bois puisqu'elle ne fait que ça en permanence ! Ca lui sert à quoi de toujours montrer qu'elle est plus forte ? Pourquoi elle s'acharne autant ? Tout le monde le savait qu'elle était une des premières de classes. Tout le monde le sait qu'elle est l'un des meilleurs Shinobi. Mais non ... Elle continue de jouer à l'intello ... Pfff ... J'arrête de parler d'elle parce que je vais encore m'énerver. 


- Point de vu d'un admirateur -


Oh mon dieu ! Ayame c'est simplement la meilleure ! De toute ma vie je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi bien qu'elle. Elle est super forte ! Elle se bat super bien. Un jour j'ai du la combattre. Je me moquais d'elle au départ mais je peux vous dire que ça c'est vite finie ! Je ne pensais pas qu'une fille pouvait être aussi forte. Et en plus, elle est tellement gracieuse ... Rien de plus jolie que de regarder Ayame se battre ! Mais Ayame est jolie même quand elle ne se bat pas. Ses cheveux noirs et long, sa frange qui lui cache son front et surtout, ses beaus yeux blancs et intimidants. C'est vrai qu'elle reste souvent de marbre, qu'elle cache ses sentiments, mais moi je sais qu'il suffit de regarder dans ses pupilles blanches pour tout comprendre.


Certains diront qu'elle est hautaine mais je ne suis pas de cet avis. Elle est si seule. Et c'était aussi comme ça quand on était petit. Je sais très bien qu'elle renferme quelque chose de triste et de difficile. Je sais qu'elle cache une grande peine mais jamais elle ne dévoilera son coeur. Du moins, pas à moi. Je n'oserai pas aller la voir de nouveau. A côté je me sentirai un peu petit tellement elle est incroyable. Et puis moi j'ai eu beaucoup de chance. Un jour, j'ai entendu son rire. C'était un rire doux, cristallin, paisible et agréable. Ayame, elle ne rit pas souvent mais pas à moitié. Quand elle rit, sa bouche rouge et grande ouverte et on peut voir ses dents blanches. Si vous entendez son rire vous ne pourrez plus vous en passez !


Et puis, elle est aussi d'une gentillesse extreme. Elle ne le montre pas directement mais elle fait des petits gestes, des petites actions qui réchauffent les coeurs. Parce que, elle, elle voit ce que les autres ne voit pas. Je ne sais pas comment elle fait mais, les douleurs que les gens cachent, elle les voit très bien et elle les guérit à sa façon. Moi, je n'arrive pas à découvrir ce qu'elle cache. Je n'arriverai pas à la guérir. Mais j'ai comprit quelque chose ! Ayame c'est une rose. Une rose qui se cache derrière des épines mais qui est si douce, si fragile et qu'il faut protéger.


- Point de vu de sa mère -


Ayame ... Ma chère et douce Ayame. Je te connais très bien, je suis ta mère et je vois ce que les autres sont dans l'incapacité de voir. Je sais d'abord que tu m'en veux. Tu m'en veux parce que je n'ai jamais rien dit. Ni face à ton père, ni face à n'importe qui d'autre. Je sais que tu m'en veux parce que je n'ai pas été très présente à tes côtés. Mais je m'en veux tellement. Je sais qu'à cause de ça, tu t'es renfermée sur toi même. Tu cherches à montrer que tu es dure, courageuse, forte. Tu t'es forgée une carapace qui est maintenant trop dur pour que je puisse la détruire. Ma chère fille je m'en veux tellement. Je voudrais m'excuser pour mon absence.


Parce que je sais que ma fille n'est pas comme ça. Je sais qu'elle est fragile au fond et candide. Enfin elle l'était. Maintenant, elle doit sûrement l'être beaucoup moins ? Je sais que tu es gentille et généreuse. Jamais tu n'hésiterais à aider tes camarades. Je sais aussi que tu es très intelligente ma chérie. Je sais que tu comprends beaucoup de chose. Même plus que ta pauvre mère. Je sais que tu es douée et que même si tu n'avais pas été un génie, tu aurais été, à mes yeux, la plus belle perle du monde.


Ma chérie. Tu ne me parles plus beaucoup. Tu ne parles pas beaucoup en générale mais je sais que tu as besoin de parler, je sais que tu ne supporte pas la solitude. Alors pourquoi t'enfermes tu dedans ? Quand tu étais petites tu avais peur du noir, tu pleurais à chaque fois que tu étais toute seule. Je sais que ton père t'enfermer dans des pièces plongées dans le noir. Il disait que tu devais t'habituer et qu'une jeune Hyuga de la branche principale ne pleur pas. Je sais que c'est à cause de ça que plus jamais tu ne pleureras.


- Point de vu d'Ayame -


Je ... C'est un peu compliqué. Je pourrais écrire un roman sur mon caractère mais en même temps aucuns mots ne sortent de ma bouche. J'ai un peu mal au coeur en fait. Je me sens pas toujours très bien mais je le cache. Il faut que personne ne le voit. Tu comprends ? Il faut que je sois forte. C'est ce que mon père veut. Ma mère ne me dit jamais rien. Je me sens seule c'est vrai mais c'est moins dur à supporter que lorsque j'étais une enfant. Maintenant c'est plus facile. Il ne faut pas que j'ai d'attaches, de liens, de proches, sinon je pourrais ne pas bien remplir mon devoir de Shinobi. C'est encore mon père qui me dit ça. Oui je lui obéis. C'est normal c'est mon père. Et puis, c'est comme ça que j'ai été éduqué.


Tu veux mon avis à moi ? Pas ce lui de mon père ?... Oui, je vois. Je ne déteste pas mon père. Même si il est dur, même si il ne m'a jamais montrer d'affection. Je l'apprécie même plus que ma mère. Elle, elle n'a jamais été présente. Mon père au moins me montre de l'intérêt. Petite, je n'ai jamais pu emmener d'amis à la maison. Jamais. En vrai, il y avait plus de gens qui ne m'aimaient pas que de gens qui m'aimaient. Mon père voulait que je sois la meilleure alors, il a tout fait pour et il a réussit. J'étais la plus forte dans presque tous les domaines. Et je le suis toujours, l'une des meilleures.


Mais vous croyez que c'est ce que je voulais ? Vous croyez que je les faisait par plaisir tous ces entrainements ? Vous croyez que j'aimais mes excellents résultats ?! Vous croyez peut être que je préférais ça à aller m'amuser avec vous dans le parc ?! Non ! Non ! Non. Non ... Bien sur que non. Je n'ai jamais voulu ça. Et j'aurais largement préféré être une abrutie, avoir des amis et pouvoir m'amuser, juste un peu, au moins. Mais je n'ai pas non plus eu le choix. Je suis une Hyuga. Je suis née avec ma vie déjà toute tracée. Mon passé, mon présent et mon futur. Tout est programmée. Et je n'ai plus le temps de me lamenter sur mon sort. Non, ça c'est fini. J'en a plus qu'assez de me lamenter.


Je suis comme je suis. J'ai forgé un fossé entre moi et les autres. Je dois faire ce pour quoi je suis née. Me battre pour le clan, me battre pour le village et mourir pour eux deux. Bien sur que je ne suis pas méchante. J'ai essayé de l'être mais, ça, c'est impossible pour moi. Mon père me dit que je ne dois pas monter mes faiblesses alors, ma gentillesse je la garde en secret et je la ressort quand c'est le meilleure moment. Certains pensent que je suis hautaine, que je me vante de mes capacités mais, mon dieu ! Si seulement ils savaient ... Si seulement ils savaient que je n'ai pas eu le choix et que je les enviais ...




Histoire :

- Daisuke Hyuga -


Ma douce et belle Ayame. Tu ne me croiras surement pas, mais, quand ta mère m'a annoncé qu'elle était enceinte, j'ai failli sauter de joie. J'allais devenir papa. Les émotions que je ressentais étaient tellement fortes, tellement agréables. Je n'arrivais pas à croire que je pouvais acquérir un tel bonheur et je me disais que j'en étais pas digne. Mais c'était bien réel, nous allions devenir parent. Avec ta maman, nous passions des heures et des heures, assis sur le lit, les mains sur son ventre, à imaginer le bonheur qu'on allait vivre grâce à toi. On cherchait les meilleurs prénoms à te donner, on énumérait les choses qu'on ferait pour ton éducation et les choses qu'on ne ferait pas. Nous savions déjà que tu serais parfaite. Pour toi, on voulait du calme et de la paix, on voulait que tu es des amis, que tu sois heureuse, que tu es une enfance douce. Un jour je me suis baladé dans les jardins du clan, je me suis assis sur un banc. Je n'arrivais toujours pas à y croire ! Et puis mon regard c'est tournée vers une fleur, la plus belle de toutes. C'était une iris blanche. Soudainement, comme un fou, je me suis levé et j'ai couru au près de ta mère en m'écriant : "J'ai trouvé ! Je sais comment on va l'appelé ! Ayame !" Ta mère m'a regardé avec surprise puis son visage c'est adouci et dans un sourire elle m'a répondue : "Ayame Hyuga ... C'est vraiment très beau."


Ayame Hyuga. Quand je t'ai vu pour la première fois, je savais déjà que tu serais la meilleure. Il le fallait. Il le fallait. Tu étais tellement belle. Un très beau bébé avec des petites mèches noires et des yeux d'un blanc si pur, si déstabilisant. Je t'ai prise dans mes bras. J'avais ton corps si fragile dans mes mains. Tu étais si fragile que j'en ai eu presque peur. J'ai pleuré. De joie je pense ? Mais pas que. Je savais ce qui t'attendais. Tu étais si fragile que je me suis dis : je ferais tout pour que tu sois forte, pour que tu n'es pas à avoir peur, pour que tu saches te défendre. Au départ, je ne voulais pas que tu sois une Shinobi mais, de toute manière, nous n'avions pas le choix. Nous n'avions pas le choix. Malheureusement et heureusement en même temps, tes parents faisaient partis de la branche familial principale d'un des clans les plus puissants de Konoha. Tu n'auras pas le choix et je ne voulais pas que tu l'es. Je voulais te protéger tu comprends ? Et quand tes parents ne seront plus là il fallait que tu saches te protéger seule. Je sais que la décision que j'ai prise à fait que tu as eu une enfance dure. Je sais que tu ne nous apprécies pas beaucoup. Mais c'est mieux ainsi ! Au moins je te saurais en sécurité toute ta vie. Je t'aime tellement.


Je te regardais grandir. Petit à petit, tu devenais toujours plus belle. Mais tu étais si candide, si naïf ... Tu ne connaissais rien aux dangers du monde extérieur. Un jour, à tes trois ans, j'ai décidé que ton entrainement commençait. Ta mère était contre et elle m'a presque supplié de revenir sur ma décision mais, elle ne pouvait pas comprendre mes raisons. Non. J'étais seul dans mes angoisses. Alors j'ai commencé par ne plus te prendre dans mes bras, par ne plus te complimenter, par ne plus t'embrasser, par ne plus te rassurer. Au début tu ne comprenais pas ce qu'il se passait et j'ai tellement souffert des décisions que j'ai prises ! Oh Ayame ... J'en ai encore de la colère contre moi. Quand tu venais me voir pour chercher du réconfort, je t'envoyais balader. Je suis pas devenu méchant, je l'espère, mais strict. Le soir, parfois, tu avais peur du noir et, tu pleurais en sortant de ta chambre. Un jour je suis venu, je t'ai pris par le poignet et je t'ai enfermé dans ta chambre plongée dans le noir. Tu pleurais toujours alors, je suis revenu et, je t'ai mis une claque en disant : "Une Hyuga ne pleure jamais !"


Tu as arrêté mais tu tremblais toujours. Je suis reparti sans me retourner et je m'en suis voulu un peu avant de me dire que c'était pour ton bien. Et ça à continuer comme ça. Ta mère était de plus en plus en colère contre moi. Puis, elle a fini par comprendre mes intentions et, même si elle n'était pas d'accord avec ma manière d'agir, elle me laissait faire. Tu es rentrée à l'académie et j'ai été de plus en plus sévère. Moi qui voulait que tu es des amis, j'ai tout fait contre. Tous les soirs je t'entrainais pendant des heures, jusqu'à ce que tu ne pouvais plus te tenir debout. Grâce à ça tu me rapportais d'excellents résultats. Le clan Hyuga était fier de toi. Par contre, celui que j'ai toujours détesté, c'était ce Neji. Ce rat de la branche secondaire te mettais toujours des bâtons dans les roues ! Je suis sûr qu'il le faisait exprès ! Mais toi ! Toi Ayame ! Tu ne voyais rien et tu lui souriais quand tu le croisais. Même quand lui, te lançait des regards noirs. Tu étais encore trop faible et tu ne comprenais pas qu'il fallait que tu le battent dans tous les domaines. Quand je te disais ça, tu me lançais un regard interrogatif et je détestais ça ... Alors je t'entrainais encore et encore en t'ordonnant de toujours te relever. Un soir, j'ai eu peur en croyant t'avoir tuer. 


Et puis, il y a eu ce jour ... Ce jour où je t'ai vu te faire taper par des jeunes sans que tu ne bouges d'un poil. Le soir, vert de rage, je t'ai demandé des explications : "Mais papa ... Si je m'étais battus contre eux, c'est sûr que je leur aurais fais mal et je ne le voulais pas." Mon poing a cogné violemment la table :"Quoi !? J'espère que tu plaisantes Ayame ! Est ce que tu sais que dans ce monde c'est tuer ou se faire tuer !?" Elle a baissé les yeux et d'une petite voix elle a répondu : "Je préfère me faire tuer dans ce cas." La gifle est partie toute seule et je me suis mis à hurler : "Plus jamais ! Tu m'entends ? Plus jamais tu ne dis ça ! Tu tueras si il le faut et tu vivras c'est assez clair pour toi !?" Elle a hoché vivement la tête et, j'ai eu très peur. Vraiment très peur. Si elle meurt alors tout ce que j'ai fais, je l'aurais fais en vain. Je lui ai ordonné d'aller s'entrainer dans les bois et elle à filer sans un mot. Mais elle n'a pas pleuré. Elle ne pleurera plus jamais parce qu'elle est une bonne fille et qu'elle écoute ce que dit son père.


Elle grandissait toujours plus vite et passa ses examens de Genin et de Chunin. J'étais fier d'elle, très fier d'elle mais je ne lui disais rien. Il ne fallait pas qu'elle détienne trop de sentiments et, si elle pouvait nous détester se serait même mieux. Même si je pense qu'elle n'en ai pas loin. Et puis, j'avais toujours aussi peur pour elle. L'exemple du massacre du clan Uchiha nous montrait à tous combien nous pouvions être vulnérables et, après, la trahison de Suna menée par Orochimaru, j'étais complètement sûr que le choix que j'avais pris était le bon. 


Je n'ai jamais vraiment su quelles étaient les sentiments d'Ayame. Que pensait elle de toutes ces histoires ? Avait elle peur ? Avait elle de la haine ? Avait elle des envies de vengeances ? Je n'en sais rien. Ayame restait de marbre façe à toutes ces histoires. Elle faisait seulement ce qu'on lui demandait. Elle s'est battue lors de l'attaque d'Orochimaru, elle n'a pas montré de peur lors de la destruction du clan Uchiha, ne montre jamais ni colère, ni joie. Elle est ce que j'ai fais d'elle : une marionnette ... Enfin c'est ce qu'elle me montre. Elle est devenu très distante et ne parlait presque pas. Je n'avais même pas besoin de lui dire d'aller s'entrainer, elle le faisait seule. Elle ne semblait ni triste, ni joyeuse avec la mort de Sarutobi et l'arrivée de Tsunade. Elle faisait ce qu'on lui a ordonné de faire mais elle était une des meilleures. Deux ans et demi après la trahison du village du sable, elle devint jonin. On dit aussi que l'hôte de kyubi et rentré au village mais je suppose qu'elle ne s'en préoccupe pas. De toutes façons elle n'a jamais eu d'amis.


Alors ? Est ce que j'ai réussi ? Hein ? J'ai fais mon travail de père ? Où j'ai royalement détruit ma fille ?...


- Ayame Hyuga -


Mon dieu ... Qu'est ce que je vais faire maintenant que j'ai mon diplôme de Jonin ? Qu'est ce que je vais bien pouvoir faire ? Question idiote bien sûr ... Je continus à me battre pour mon village et pour mon clan. Ce clan qui m'arrive de détester ... Parfois je me dis même que j'aurais préféré naitre Uchiha, ce clan que les Hyuga aiment le moins, et mourir petite des mains d'Itachi. Peut être que ça aurait été mieux. Hyuga .... Un clan qui met de la hiérarchie au sein même de ses membres. Nous ne sommes même pas souder ! Et même si les choses changent, je me rappellerais toujours du regard de Neji sur la branche de la Soke. Mais comme je le comprend. J'aurais surement était la même. Je ne me crois pas assez forte pour changer les choses mais jamais, je dis bien jamais, j'userais du pouvoir que j'ai sur la Bunke. Nous sommes censés s'entraider pas se détestés.


Ca me rend malade et, ce que j'aurais vraiment préféré, c'est de ne pas naitre pour devenir une shinobi. Non. J'aurais préféré faire moi même les choix dans ma propre vie. Le plus malheureux, je crois bien que c'est mon père. Cette homme qui se cache derrière un masque. Je ne l'aime pas, mais je ne le deteste pas non plus. Ca arrive à tout le monde de rater quelque chose, de se tromper. Il a fait mauvaise route dans mon éducation, c'est tout ! Mais on ne peut pas revenir en arrière. Maintenant je suis une protectrice du village de Konoha. Je sais que les temps sont dur. J'ai grandi dans le destruction de mon village par Kyuubi, j'ai vu un clan se faire massacrer, j'ai vu la trahison et la mort de notre Hokage ... Le monde va mal. Ce n'était pas la bonne époque pour vivre.


Quoi qu'il arrivera, je me battrai. Je ne suis pas une lâche et si je le peux, je donnerai ma vie pour proteger ceux que j'aiment même si eux ils ne m'aiment pas. Je veux bien être une arme, où un bouclier, qu'importe ! Je veux bien qu'on m'utilise pour aider le village. Puisque j'ai été élevé dans ce but, puisque c'est comme ça que je suis devenue. Enfin, c'est de cette manière que j'interprète l'éducation que mon père m'a donné. Il n'a pas fait ça pour que je me protège moi, mais pour que je protège les autres. Non ? Je ne suis plus sûr de rien ... J'ai du mal à tout assimiler. Tu comprends ?  Non tu ne comprends pas ... Mais j'ai pas vraiment envie de parler de mon passé .... Enfaite .... Je ... C'est un peu compliqué. Je pourrais écrire un roman sur mon histoire mais en même temps aucuns mots ne sortent de ma bouche. J'ai un peu mal au coeur en faîte. Je me sens pas toujours très bien mais, je le cache. Il faut que personne ne le voit. Tu comprends ? Il faut que je sois forte. 




Test RP




- FlashBack - 


J'avais 8 ans je pense. Mes souvenirs sont un peu flous mais, je sais que je m'apprêtais à rentrer chez moi. Enfin ... Je me dirigeais vers l'endroit où j'avais l'habitude de m'entrainer. Souvent, je trainais pour y aller. Je regardais tous les enfants qui rentraient avec leurs proches où leurs familles et je me demandais si un jour mes parents viendraient me chercher. Je rêvais que ce jour arrive même si j'avais très peu d'espoir. Je les regardais tous un par un et, quand je n'étais plus que la dernière, je me mettais en route en trainant les pieds. Pourquoi est ce que je ne pouvais pas bénéficier de l'amour de mes parents ? Qu'avaient ils en tête ? Je ne comprenais pas. Je me sentais si seule, si démunis car, un enfant sans amour c'est comme un dessin vide de toutes couleurs. Je n'ai jamais aimé la solitude, je ne l'ai jamais supporté et pourtant j'y étais en permanence. J'ai toujours été une enfant obéissante et j'écoutais ce que me disait mon géniteur.


Mon chemin passait devant le square de jeu où tous les enfants de ma classe venaient pour jouer après nos cours. Parfois, j'avais vraiment envie de me joindre à eux mais quand je passais, on m'ignorait où on me jetait des regard noirs. Je voulais leur dire que je ne désirais pas de toutes ces bonnes notes et que je ferais n'importe quoi pour être leur ami mais, on m'avait apprit la fierté des Hyuga. Alors, je les regardais et après leur avoir fait un sourire provocateur, je continuais mon chemin. Mes pas connaissaient la route par coeur et mon coeur haïssait plus que tout cette route. Je le faisais quand même parce que c'était ce qu'on m'avait demandé de faire. N'allez pas croire quand même que j'étais une idiote qui ne faisait qu'obéir ! Enfin ... Un peu. Ou plutôt, j'obéissais en gardant mon esprit critique. Comprenez moi, j'étais qu'une enfant qui était dans l'espoir permanent de retrouver l'affection familiale qu'elle avait perdue. 


Je marchais donc la tête haute mais, au bout de quelques mètres après le parc, je sentis la présence de trois personnes qui me suivait. Mes poings se serrèrent et mon coeur se mit à battre très fort. Qui étaient ils ? Des ennemis ? Je continuais mon chemin l'air de rien car je savais qu'ils allaient m'attaquer. Plein de questions me tombèrent dessus. Fallait il fuir ? Se battre ? J'étais bien trop jeune et largement pas assez forte pour combattre des jonins mais, mes sourcils se froncèrent et je pris ma décision, je ne fuirais pas. On ne m'avait pas élevé dans la fuite et je me baterais jusqu'à que je meurs même si la mort me frappe vite. J'attendis: un, deux, trois et, les trois shinobi me sautèrent dessus -Kawarimi no Jutsu !- mais tapèrent vainement sur un bout de bois. En attrapant un kunai, j'allais sauter sur mes assaillants mais, à la dernière minute je me stoppai. Mes trois ennemis n'étaient qu'Akisa et deux de ses amis. Je fis de grand yeux, emplie d'étonnement, puis, je fronçais les sourcils de rage. Comment leur haine pour moi pouvait les pousser à m'attaquer de dos et à trois contre un ?


Mes mains tremblaient. Si j'avais pus, je les aurais massacré tous les trois, là, de suite. En leur lançant des regards emplis de colère, je m'approchais d'eux le kounai toujours dans la main. Je voulais les tuer. Je le voulais tellement mais, c'est en me rendant compte de mon désire cruel que je reculai de plusieurs pas. Non. Moi je n'étais pas comme eux ! Je valais bien plus. Mes yeux blancs se plongèrent dans leur regard et je pus voir de la peur et de la haine. Devant leur aires ébahis, je lançai, avec force, le kounai à leurs pieds et, je leur demandai :


"Vous me détestez tant que ça ?"


"Ayame ... On ne te déteste pas on te hait ! Toi qui est toujours la première en tout !" Akisa avait presque crié ses mots.


De la jalousie ? Qu'importe ... A ce moment là, j'avais plutôt envie de pleurer mais, mon père me l'avait interdit. J'ai repris mon masque impassible et, en les regardant bien dans les yeux, je leur ai dis :


"Vous êtes venus me frapper ? Vous voulez soulager votre colère ? Et bien, allez y. Défoulez vous. Vous n'êtes qu'une bande d'abrutis qui réglent leurs problèmes avec la violence ... Ca me fait tellement pitié mais, allez y ... Et surtout ne ... Aaaïhhnnm ... "


Et ils n'ont pas hésité ces salauds. J'ai reçu un violent coup sur la joue et je suis tombée. Une pluie de coups plus fort les uns que les autres me sont tombés dessus. Je les comptais pour ne pas penser à la douleur : un dans les côtes, un dans la mâchoire, un dans le ventre, deux dans le dos. Quand finiront ils ? M'auraient ils tué si ils avaient pus ? Mon père est arrivé et les enfants ont fuis de peur. Sans un mot, je me suis relevée, un peu chancelante. Ma bouche était en sang, sur ma joue se dessinait un jolie hématome et mon corps se couvrait de bleus mais, je n'étais pas vraiment en colère. Au moins ils avaient pu soulager leur haine ? Juste un peu ? Par contre, mon père me lança un regard qui voulait dire beaucoup de mauvaises choses mais, il ne me dit rien.


En rentrant chez moi, je me suis lavée et je suis descendue pour manger. Ma mère a prit un aire affolée mais je n'ai pas eu la tendresse de ses bras. Mon père me regardait toujours aussi méchamment. Je me suis assise à ma place toujours sans un mot. Comment pourraient ils comprendre ? Je restais figer, le regard dans le vide. Je ne voulais pas pleurer, je voulais juste hurler tout ce que j'avais sur le coeur mais, je n'ai rien dit. Je sais que mon père n'aurait pas apprécié du tout et, chaque problèmes se règlent petit à petit. Mon dieu ... Si seulement il n'avait pas vu ça. Finalement, après de longues minutes de silence, le son de sa voix s'éleva dans la piece, froide et haineuse :


"Je veux des explications ... Pourquoi n'as tu rien fait ?"


"Mais papa ... Si je m'étais battue contre eux, c'est sûr que je leur aurais fais mal et, je ne le voulais pas." 


Son poing a cogné violemment la table et les plats se sont mis à trembler. Je gardais mon calme mais je voyais bien dans ses yeux qu'il était furieux. Alors, imaginez si je lui avais dis : "En vrai, je ne me suis pas battue parce que je préférais me faire tabasser plutôt que de me faire haïr d'avantage." Je crois que là, il m'aurait carrément tuer. Sa voix retentit de nouveau :


"Quoi !? J'espère que tu plaisantes Ayame ! Est ce que tu sais que dans ce monde c'est tuer ou se faire tuer !?" 


Son discours je le connaissais par coeur. Mais à huit ans ce que je comprenais de ses paroles étaient différent de ce qu'il voulait me faire comprendre. Protéger mon village, protéger mon clan c'était ça qu'il voulait. C'était ce que je pensais. Il voulait que je sois une arme mais, moi, quand j'étais petite, je n'ai jamais voulu faire du mal ou tuer. A ce moment là, je n'ai pas pu le regarder dans les yeux et, tête baissée, je lui ai répondue :


"Je préfère me faire tuer dans ce cas." 


Une douleur puissante sur la joue où j'avais mon hématome me fit gémir de douleur. 


"Plus jamais ! Tu m'entends ? Plus jamais tu ne diras ça ! Tu tueras si il le faut et tu vivras c'est assez clair pour toi !?"


Vivement, je secouai la tête. J'avais terriblement mal et les larmes étaient aux bords de mes yeux. D'un bond je filais vers le bois après avoir entendu son ordre d'aller m'entrainer. Je me mis à courir le plus loin et le plus vite que je pouvais. Arrivée à destination, je cognais comme une folle mes poings contre les troncs d'arbres. Je faisais sortir toute ma rage. Ne pleure pas ! Ne pleure pas ! Ne pleure pas ! Je me le suppliais presque. Mes poings étaient en sang et quand je n'eus plus de force, je m'effondrais sur le sol. Lentement, je me retournai sur le dos. La nuit commençait à tomber et le froid vint mordre mon corps endolorit. Un rire sombre franchit la barrière de ma bouche et brisa le silence inquiétant de la foret. Je riais, je riais à m'en briser la voix. Mais, quand ma voix se cassa, je sentis des larmes perlaient sur mon visage. Je pleurais en silence pendant longtemps, jusqu'à ce que je n'ai plus de larme puis, d'une petite voix je me dis à moi même :


"Tu as vu Ayame ? Il pleut aujourd'hui ..."


Dans le ciel il n'y avait pas un seul nuage et le temps était sec ...









Derrière l'écran



Pseudo ou Prénom : Assou'

Comment avez-vous connu Kahou ? Top Site ~ 

Comment trouvez-vous Kahou ? Pour le moment je trouve que le forum est vraiment très bien organisé mais je ne peux pas me faire un plus grand avis étant donné que je ne suis pas là depuis longtemps (:

Quels sont vos projets ? Mmh ... Faire de mon personnage une victime et la martyriser dans tous les RP ? Non quand même ... Faire évoluer son caractère, ses envies pour son futur, lui donner une place dans le coeur des habitants de konoha ... 

Quels sont vos disponibilités ? Disons cinq jours sur sept ?

Y a-t-il un mot de passe dans le règlement ? Question piège ! Je dirais non (:








Navigation


Fiche d'identité

Background

Test RP

Derrière l'écran


En cas de besoin, je contacte ...




Maître du jeu

MPProfil


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nouveau ninja
Nouveau ninja
avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Re: Hyuga Ayame ~ Terminée   Lun 1 Sep - 14:13

Voilà présentation terminée, en attente de validation ! (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» Hanabi Hyuga [ Chantier terminé ]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi no Kahou - Qu'une nouvelle histoire commence ... :: Start :: Registre des personnages-